Michel Blazy, front page of La Lettura – Corriere della Sera

« L’art végétal
Sa vision est de considérer l’art comme une matière vivante. Et pas dans un sens métaphorique. Pour Michel Blazy (Monaco, 1966, français d’adoption) l’art s’exprime en tant que forme organique dans un dialogue constant et surréel entre des éléments vivants et d’autres inertes, statiques, comme par exemple des plantes qui poussent d’un clavier d’ordinateur ou des balais qui semblent se développer de vases en terre-cuite comme des arbres inattendus. L’image de la couverture (une espèce de pipe en fer d’où nait une petite plante) apparaît comme le fruit d’une idée où prédomine, apparemment, une vision écologique, une espèce de bio-art où la force de la nature prend le dessus… »
Traduit de l’italien, texte original de Gianluigi Colin (extrait), L’arte vegetale, La Lettura – Corriere della Sera, n. 228, 10 avril 2016, p. 47

“L’arte vegetale
La sua visione è quella di considerare l’arte qualcosa di vivo. E non in senso metaforico. Per Michel Blazy (Monaco, 1966, ma francese d’adozione) l’arte si esprime come forma organica in un costante e surreale dialogo tra elementi vitali e altri inermi, statici, come piante che crescono sulla tastiera di un computer o scope che sembrano svilupparsi in vasi di terracotta come inaspettati alberi. Anche la copertina (una specie di pipa di ferro da cui nasce una pianticella) appare il frutto di un’idea in cui prevale apparentemente una visone ecologica, une specie di bioarte in cui la forza della natura prende il sopravvento…”

Gianluigi Colin (extrait), L’arte vegetale, La Lettura – Corriere della Sera, n. 228, 10 avril 2016, p. 47