Biographie

Né en 1977 à Brive La Gaillarde, Julien Audebert vit et travaille à Paris. Qu’il s’agisse du cinéma ou de la photographie, l’Histoire est une donnée centrale dans son œuvre. Elle est dialectisée, reconstruite ou exhumée, à travers des processus d’où émerge l’idéologie sous-jacente aux formes culturelles dominantes (cinéma, media, littérature, genres picturaux…). Ses œuvres matérialisent souvent un point de tension, ou « climax », d’ordre politique ou militaire où les variables géographiques jouent un rôle particulier.

Sa plus récente série, Obsidionales, rassemble des peintures à l’huile de petit format sur cuivre, réalisées à la suite de ses grandes « Nocturnes » et de son film récent Mars et Vénus… Ces « fleurs de la guerre » exogènes, déplacées par les semelles des soldats, le rail ou les chevaux, sont peintes, centrées au milieu du cadre, comme un enfant le ferait, réalisées alla prima (technique qu’impose l’adhérence sur le cuivre). Ces œuvres, comme ses peintures récentes d’aquarium (Eden…) mettent en tension de de véritables conflagrations entre le sujet et un soubassement historique souvent invisible.

Son travail est présent dans les collections suivantes : Fonds National d’Art Contemporain, Paris; FRAC Auvergne ; FRAC Haute-Normandie; FRAC Languedoc-Roussillon; FRAC Pays de La Loire, The Israel Museum, Jerusalem. Expositions personnelles : L’atelier fermé, commande publique de la commune de Varengeville, dans le cadre du cinquantenaire de la mort de Georges Braque, Varengeville/FR (2012); Les Jeux funéraires, Art:Concept, Paris (2011); Fort du Taureau, In Extenso, Clermont-Ferrand (2009). Expositions de groupe/festivals : Acta est fabula, École des beaux-arts de Nîmes/FR (2019); Pool Internationales, TanzFilmFestival Berlin, Dock 11, Berlin/DE (2019); The LA Dance, Film Festival, Los Angeles/US (2018); Mars et Venus, Phases d’Oppositions, le Portland Danse Film Fest 2017, Portland/US (2017).

At the gallery

Videos

Downloads

Biographie

Née à Baltimore en 1976, Whitney Bedford vit et travaille à Los Angeles. C’est sa propre technique qu’elle utilise pour transmuer ses peintures dans le domaine de l’imaginaire. En couchant à la fois d’encre et de peinture à l’huile des scènes romantiques de destruction, de mer calme et d’oiseaux migrateurs, elle les manipule jusqu’au point d’abstraction, ne laissant voir que les vestiges de son dessin d’origine.

La manière de travailler de Whitney Bedford a changé dans ces nouveaux travaux. Dans les peintures passées, le dessin était utilisé pour créer une architecture du geste. Maintenant, bien que les peintures commencent techniquement par le dessin, un processus minutieux de masquage et de dé-masquage pousse la flore dessinée au premier plan et place le spectateur plus éloigné des scènes pastorales, derrière ou à l’extérieur de l’espace du dessin. La distance ainsi crée entre la peinture et le dessin souligne la recherche d’archives de l’artiste et la sélection rigoureuse d’images qui semblent appartenir à un monde perdu, voire en voie de disparition. Les nouveaux dessins font partie d’un exercice encyclopédique que l’artiste poursuit. Elle dessine quotidiennement une femme qui s’acharne, par solidarité afin de continuer à soutenir sans relâche les femmes qui défient le monde pour le rendre meilleur. Elle les considère comme des images votives, dont une partie des bénéfices ira en don à Emily’s List – qui aide à élire des candidates démocrates progressistes antiracistes.

Son œuvre est présente dans de nombreuses collections françaises et internationales, telles que : Eric Decelle, Bruxelles, Belgique ; Francois Pinault Collection, Paris, France; Ginette Moulin and Guillaume Houzé Contemporary Art Collection, Paris, France ; Hammer Museum, Hammer Contemporary Collection, Los Angeles, Amérique ; Jumex Collection, Mexico City, Mexique ; Rosa and Carlos de la Cruz, Miami, Amérique ; and The Saatchi Gallery, Londres, Royaume-Uni. Prix : UCLA Hammer Museum Drawing Biennal, Los Angeles (2001) ; Peggy Guggenheim Studentship, Venice (1997).

Ces dernières années, plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées, dont Vielmetter, Los Angeles (2020) ; Carrie Secrist Gallery, Chicago (2018) ; Saatchi Gallery, Londres (2018) ; Starkwhite, Auckland (2016) ; Taymour Grahne, New York (2015) ; Vielmetter, Los Angeles (2011), Houdini: Art and Magic, Jewish Museum, New York (2010).

At the gallery

Downloads